Ces dernières années, de nombreux Montois·e·s se sont sentis dépossédés de leur ville, des décisions opaques, des cadeaux entre copains, des processus venus d’en haut, des projets de ville pensé depuis l’hôtel de ville.
Les Montois·e·s attendent une ville plus citoyenne, plus participative et exemplaire. Au-delà du « droit de vote », ils demandent le « droit à la parole » et le « droit à la décision.

Nous faisons le pari de l’intelligence collective pour garantir la gestion la plus efficace et la plus juste des biens communs au bénéfice de tous et de toutes. Nous demandons à toutes les forces politiques de s’engager avec nous pour rendre Mons plus transparente, pour permettre aux Montois·e·s une participation réelle et effective à la prise de décision.

Nous proposons une série d’outils et d’engagements concrets qui permettent aux gens de vraiment décider des grands projets qui dessineront l’avenir de Mons. Nous restons ouverts aux propositions supplémentaires des autres forces vives de Mons, qu’elles soient politique, associative ou citoyenne.

Nous associerons les Montois·e·s aux décisions de notre Ville

a) Une série de Conseil d’administration devront s’ouvrir aux Montois·e·s. Nous pensons bien évidemment au Plaza Art.

b) Une commission mixte composée d’élu·e·s et de citoyen·ne·s sera chargée de donner des recommandations sur les priorités politiques de Mons: les grands projets montois, les principales dépenses budgétaires, etc. Il est fini le temps où les grands projets se discutaient à quelques uns à l’hôtel de ville.

Nous utiliserons le tirage au sort comme méthode pour impliquer tous les Montois·e·s dans cette commission. Le tirage au sort est une source potentielle de renouvellement, aux côtés des mécanismes d’élections. Il permet de lutter contre le carriérisme du monde politique et de rendre les institutions accessibles à une plus grande part de la population.

c) Nous créerons un droit politique nouveau : l’Initiative Citoyenne Communale. Elle permet d’obtenir du Conseil communal qu’il délibère et vote sur un texte précis proposé par des citoyens et, à défaut, qu’il le soumette à consultation populaire. Ce droit d’initiative citoyenne pourra aussi permettre à la commune de devenir une commune-levier vers d’autres niveaux de pouvoir.

Le processus est le suivant :
1. Le texte de l’Initiative doit réunir 10 % des électeurs (environ 5000 Montois doivent donc soutenir l’idée).
2. Le conseil communal a un an au plus pour voter sur l’initiative. S’il l’accepte, il la concrétise rapidement et inscrit les dépenses éventuelles au budget.
3. S’il la refuse, le texte de l’Initiative est soumis à consultation populaire communale,.

Transparence des décisions et critères clairs de soutien aux associations

a) A l’aide d’outils appropriés, l’ensemble des décisions du Collège Communal et du Conseil Communal (hors huis-clos) seront consultables par la population du Grand Mons. L’ensemble des décisions budgétaires et de l’utilisation de l’argent public seront accessibles sur une plate-forme en ligne.

Citons entre autres les budgets, comptes, subsides aux associations et clubs sportifs ainsi que les critères choisis,…

Cette transparence s’appliquera aussi à toutes les intercommunale dont mons fait partie, aux ASBL para communales, à la régie et ses filiales.

b) Trimestriellement, un cadastre de l’ensemble des associations actives sur le territoire de la Ville de Mons sera disponible ainsi que les aides ponctuelles et/ou structurelles reçues par chacune d’entre elles (subside, prêt de matériel, payement des factures énergétiques, prêt de bâtiments, etc).

Ainsi le cadastre des bâtiments communaux prêtés ou loué à moindre prix sera accessible à toutes les associations.

c) Des critères clairs seront fixés et connus pour l’attribution de subsides, de prêts de matériel, de location de bâtiment. Il n’y aura qu’un seul guichet que l’association soit sportive, de la jeunesse, environnementale ou autre.

Les Montois·e·s pourront s’approprier leur quartier

​Les Montois.e.s veulent s’impliquer dans la vie de leur ville et de leur quartier pendant toute une mandature et pas seulement le jour de l’élection. Et ils sont les premiers concernés par les aménagements autour de chez eux !

Actuellement, la Ville tient peu compte des habitants pour les aménagements . Certains Montois·e·s découvrent la veille que des travaux vont être réalisés devant chez eux. La ville change le sens de la circulation sans concertation parce que l’un ou l’autre habitant a crié plus fort que les autres, etc.

Les comité de quartiers doivent être encouragé pour être un réel lieu de concertation entre habitant d’un même coin. Nous soutiendrons le développement des comités de quartiers et des comités de citoyen-ne-s.

​ Par ailleurs, nous leur accorderons des budgets participatifs (en fin de processus, même si la décision finale portant approbation du budget participatif revient formellement aux élus, elle résulte dans les faits du travail réalisé main dans la main avec les citoyens) destinés à concrétiser des projets d’amélioration du cadre de vie. Pour l’installation de plaine de jeu, de compost collectif, etc.

MONS NOUS APPARTIENT !

Share This