En 2014, le groupe Ecolo mettait sur la table le dossier du stationnement sauvage. A l’époque, nous déplorions qu’il était moins risqué financièrement de se stationner de manière sauvage que sur un emplacement payant sans payer. Si nous nous réjouissons que les compétences des agents sanctionnateurs aient été étendues à ces infractions, nous souhaiterions avoir un bilan des véhicules verbalisés. Pourriez-vous nous donner des chiffres à ce sujet ainsi que des informations sur les sanctions appliquées?

Si le stationnement sauvage est verbalisé en centre-ville entre 9h et 18h, nous déplorons toujours une une réelle impunité des stationnements sur les trottoirs, les pistes cyclables, les emplacements PMR, les zones de livraison ou encore en double file, tôt le matin, en soirée et hors des zones de stationnement payant. Il suffit de circuler place du Gouvernement un vendredi soir, avenue du Tir ou rue des Gailliers un mercredi midi, pour constater que ces incivilités ne sont pas poursuivies

Face à ce constat, pouvez-vous nous exposer la stratégie mise en place ?

Envisagez-vous de poursuivre une stratégie préventive par la mise en place de mobilier urbain dissuasif ou par des campagnes de sensibilisation? Ou de déployer les agents sanctionnateurs hors des zones de stationnement payant ?

Veuillez agréer, Monsieur le Bourgmestre, Mesdames, Messieurs, mes meilleures salutations.

Catherine Marneffe

Share This