Après l’annonce faite ce lundi par le Président du RAEC Mons, il est nécessaire de parer à l’urgence tout en cherchant une solution de long terme. 

« Pour Ecolo, l’urgence se situe dans le maintien de l’encadrement des 270 jeunes d’une part et celui des 40 emplois d’autre part. La recherche d’un repreneur est l’étape qui suit dans cette urgence afin de ne pas compromettre l’avenirsportif du club.» explique Samuel Quiévy, conseiller CPAS, et supporter du Club.

Tout en remerciant Leone de son action pendant de nombreuses années à la tête du club, Ecolo espère qu’un repreneur pourra être trouvé avant la date butoir du 31 mars et ce afin de pérenniser des emplois, un centre de formation de qualité et une équipe dont les résultats sportifs de ce weekend contre un concurrent direct montre qu’elle est solide.

Enfin, pour Ecolo, il faudra, a plus long terme, ouvrir la réflexion au niveau hennuyer afin de pérenniser les écoles de formations et les clubs de notre région. Une réflexion globale sur le football professionnel devra également être menée afin de rendre viable les structures des clubs de l’antichambre de l’élite.

Share This